Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys

 

ce-qu-ils-n-ont-pas-pu-nous-prendre-Ruta-Sepetys Résumé :

Une nuit de juin 1941, Lina Vilkas, une jeune lituanienne de quinze ans, est arrêtée par la police secrète du régime stalinien.
Avec sa mère et son petit frère, Jonas, ils sont déportés en Sibérie. Là, logés dans des huttes, sous-alimentés, brutalisés et harcelés par les Soviets, Lina et les siens tiennent bon. Soutenue par une mère exemplaire, et par sa volonté de témoigner de cet enfer blanc à travers ses dessins et ses écrits, elle tente de survivre au froid, à la maladie, à l’humiliation, et au travail éreintant de la terre. Dans le camp, Andrius, un jeune déporté de dix-sept ans, affiche la même combativité qu’elle…

 

Mon avis :

Je ne sais que dire. Ce récit est poignant : à la fois beau et terrifiant. L’histoire de Lina, une jeune fille,  a bouleversé ma vision du totalitarisme Stalinien. Ce bouquin m’a émue, il y avait un gros accent de vérité dans cette histoire inventée. Linda et sa famille sont arrêtés par le NKVD. La police les déporte dans différents camps. Ils travaillent dans des champs de betteraves,… et ont des conditions de vie exécrables. Lina va rencontrer un jeune homme, Andrius, qui vit la même galère qu’elle. Ils nouent des liens d’amitiés. Leurs vies s’en voient changées à jamais. Ils ont vu des morts, survécu à des humiliations, à la maladie et à la famine…Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre est glaçant.

Ce livre n’est pas un témoignage, mais il raconte très bien l’enfer qu’ont dû vivre les Lituaniens durant le régime Stalinien.

J’ai trouvé l’héroïne très forte, elle a vécu beaucoup de traumatismes, et pourtant elle ne se laisse pas abattre : sa recette miracle : le dessin ! L’histoire d’amour qu’elle entretient avec Andrius est belle, elle est au dessus de leur enfer collectif, c’est justement cela qui est admirable. J’ai eu un gros coup au cœur en terminant ce roman. Quand je pense à ma lecture,  je suis frustrée et indignée en pensant aux personnes qui ont dû vivre cette vie. Ce récit montre que Lina et ses proches se sont battus : les soviétiques n’ont pas pu leur prendre leurs espoirs, leurs rêves et leur solidarité.

Lina et ses proches m’ont plongé dans un monde que je n’aurais jamais imaginé exister un jour. Je recommande vivement ce livre. Il m’a secouée ! Les éloges qu’en font la presse internationale sont véridiques.

Ma note: 19/20.

Lisez impérativement ce livre !! Il est formidable !

« Ce témoignage a été écrit pour laisser une trace ineffaçable et tenter l’impossible : parler dans un monde où nos voix ont été éteintes. […] J’espère de tout mon cœur que les pages ici cachées feront jaillir de votre âme la source de compassion la plus profonde. J’espère aussi qu’elles vous inciteront à faire quelque chose, à en parler à quelqu’un. C’est le seul moyen de nous assurer que les hommes ne permettront pas au mal de se reproduire sous cette forme. »

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys

  1. […] conscience de toutes les horreurs commises. Malgré cela, je ne l’ai pas trouvé à la hauteur de Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s