Journal d’une tueuse de V.I Prates

journal d'une tueuseRésumé :

« – Tu es une tueuse, Débée, c’est tout ce que tu es.
– C’est tout ce que je suis… »

Entraînée depuis l’âge de douze ans, je suis la tueuse à gages parfaite. Aucune émotion, aucun lien, aucune attache. On me présente une cible et j’exécute, sans me poser de questions. Je pensais avoir un contrôle total sur ma vie, seulement le jour où je suis tombée sur des rapports tenus secrets, j’ai découvert que l’organisation qui m’embauchait, ainsi que mon mentor, me cachaient la vérité. L’excellence a un prix, finalement. Mais plus je cherche des réponses, plus les questions se multiplient. Et pour ne rien arranger, ma nouvelle cible, Shane Del Moro, est des plus coriaces.

Je suis venue lui apporter la mort, en retour, il va me montrer ce qu’est la vie.

A 27 ans, Débée n’est pas une femme comme les autres. En effet, elle est une tueuse à gages. Débée a été conditionnée pour tuer. Elle s’est détachée de ses émotions : tout ce qui lui importe est de remplir ses missions. Un jour, elle découvre que ses supérieurs lui cachent des informations compromettantes. L’héroïne se rend alors compte de ce qu’elle est vraiment. Sa rencontre avec Shane, sa cible n°1 ne va pas arranger les choses. Tout son monde bascule, Débée commence alors à douter d’elle-même…

Tout d’abord, c’est la couverture qui m’a attirée. A vrai dire, je ne m’attendais pas à grand chose : je me suis dit que ce serait sûrement un roman policier cliché, pas très intéressant à lire. Cependant, je me suis trompée, ce livre est fantastique. L’histoire n’est peut-être pas très originale, mais elle m’a touchée.

L’univers dans lequel vit Débée est ordinaire, hormis quelques différences à peine visibles.

Débée m’a séduite. Au début, elle est froide, sans scrupules. Mais au fur et à mesure, j’ai découvert une nouvelle facette de sa personnalité, que j’ai adoré. L’héroïne m’a donc touchée, par sa force et sa fragilité. Elle est unique en son genre, je me suis attachée à elle sans problèmes !

On a d’ailleurs un flash-back qui relate une partie de sa vie. Son histoire avec Elie m’a plus que bouleversée.

J’ai trouvé que la relation entre Débée et Maître est très malsaine et perverse.

Les coéquipiers de Débée étaient sympas et agréables, j’ai été plus que déçue de ne pas les voir apparaître plus souvent dans le roman.

Voici un passage entre Débée et Jeen, un de ses amis, que j’ai bien aimé :

« – Tu ne bois pas, tu ne fumes pas, tu ne t’amuses pas, tu ne couches pas, énuméra alors Jeen. Tu pourrais presque passer pour un ange…

– Oui, je me rattrape en tuant un peu tout le monde, lâchai je simplement. Et toi aussi, si tu ne me lâches pas la grappe. »

 

De son côté, Shane m’a beaucoup plu. Ce personnage est époustouflant, il n’est pas ce qu’il laisse paraître ! J’ai apprécié son fort caractère. Ils est sans conteste mon personnage préféré !

Des liens vont se créer entre notre tueuse et Shane. Je ne dirai pas de quelle nature était leur relation, mais elle était belle, pleine de vitalité, d’amour et de complicité. C’était vraiment magique.

Les informations que les supérieurs de Débée ont caché à cette dernière m’ont peu surprise, je m’y attendais.

Par contre, la fin est très surprenante, la dernière révélation m’a laissée bouche-bée. Je me suis vraiment demandée si le patron de Débée était un enfoiré. J’ai eu beaucoup de mal à digérer cette information capitale. C’était extrêmement triste, j’ai même versé quelques larmes au dernier chapitre. Malgré tout, j’ai désapprouvé le comportement de Débée qui décide de garder secret certains scoops.

Généralement, les romans policiers ne sont pas faits pour moi. Mais ce livre est l’exception qui confirme la règle. Cette lecture était magnifique, authentique et émouvante, elle a faillit être un coup de cœur !

Ma note : 18/20.

Je recommande ce merveilleux bouquin à tout le monde !

 

 

 

Publicités

3 commentaires sur “Journal d’une tueuse de V.I Prates

  1. Ta chronique donne envie de le lire, et hop dans ma PAL! Merci pour la découverte ☺️

    Aimé par 1 personne

  2. […] Journal d’une tueuse a été ma première lecture de l’été. D’habitude, je n’aime pas les romans policiers. Mais celui-ci m’a tapée dans l’œil, je ne regrette pas de l’avoir lu ! Cependant, le premier roman que j’ai lu durant mes vacances est Rebecca Kean, tome 6 : Origines de O’Donnell. Ce livre est aussi excellent, j’attends le tome 7 avec impatience !  […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s