Un été pour tout changer, l’intégrale de Melissa de la Cruz

couv40778477Résumé :

Ça y est ! Le bonheur est au bout de la jetée ! Mara, Jacqui et Eliza sont engagées comme filles au pair dans les Hamptons ! Au programme : s’occuper de quatre bambins de la famille Perry. Sans oublier les fiestas, le shopping, les envies de succès et les chagrins d’amour …
Coups de cœur, coups de blues et coups de théâtre pour trois étés pas comme les autres !

Ce que j’en pense :

J’ai été agréablement surprise par ce roman. J’ai passé un excellent moment : les personnages sont très attachants et j’ai adoré le cadre de l’histoire.

Un roman pas si jeunesse que ça

En lisant le résumé, je m’attendais à un roman jeunesse. Je savais que ça allait sûrement être une lecture sympathique, mais je ne pensais pas que j’en sortirai totalement retournée. J’escomptais ainsi une lecture sympa et légère, mais ça a été tellement plus que ça : je me suis prise d’une affection profonde pour les filles au pair et j’ai adoré les suivre dans leurs aventures. C’était certes relaxant, mais aussi touchant, voire réflexif, à certains moments.

Tout d’abord, ce n’était pas du tout niais. Ça peut sembler bête de le faire remarquer, mais quand je lis des livres jeunesse de ce genre, j’ai toujours peur que l’histoire ne soit pas à la hauteur de mes attentes, que la plume soit niaise et les personnages immatures (du fait de leur jeune âge). Or, j’ai observé tout le contraire dans Un été pour tout changer : la plume de l’auteure (ou du moins de la traductrice) est très mature, et les personnages sont adultes pour leur 16 ans. Bien évidemment ils se comportent quelques fois de manière insensée mais leur attitude est compréhensible.

Ensuite, ce qui rend ce livre si passionnant, ce sont également des réflexions en filigrane sur les classes sociales. Certains personnages sont issus de classes favorisées, comme Eliza et Ryan, mais d’autres viennent de milieux plus modestes, comme Mara ou encore Jeremy. Cette différence de classes sociales est sans cesse présente dans le roman et j’ai beaucoup aimé. Melissa de la Cruz aborde avec brio les inégalités sociales, et montre comment on peut vite se faire exclure d’un milieu si l’on ne possède pas l’argent ou le statut. Ce thème est abordé dans des amourettes (où la fille et le garçon ne viennent pas du même milieu), mais également par le biais d’Eliza dans le premier tome. Eliza vient d’une famille aisée, mais est rapidement exclue de ses cercles d’amis quand ceux-ci apprennent qu’elle est ruinée. En bref, j’ai beaucoup aimé ce nouvel angle ; il m’a permis de m’interroger sur les différences sociales et la notion d’exclusion/inclusion sociale.

Des personnages attachants auxquels on peut facilement s’identifier

Ce sont les personnages qui font la force de ce roman. Ils ont tous des personnalités bien particulières, et tout le monde arrivera à s’attacher et/ou à s’identifier à au moins l’un d’entre eux. Les trois principaux sont Eliza, Mara et Jacqui.

C’est avec Jacqui que j’ai le moins accroché : je n’ai pas du tout aimé sa manière d’être au début du tome 1. C’est une fille pour le moins spéciale, mais je me suis finalement prise d’affection pour elle lors du deuxième été. Elle devient plus bosseuse et plus espérante qu’au tout début de l’intégrale, et j’ai apprécié cette évolution.

Eliza ne m’a pas non plus fait une bonne impression au départ… Dans les premières pages, son comportement m’a fait penser à celui de Serena et d’Olivia dans Gossip Girl, c’est pour vous dire la mauvaise impression qu’elle m’a faite ! Je l’ai trouvée très snobinarde (envers Mara notamment) et prétentieuse. Mais, heureusement, j’ai vite compris pourquoi elle agissait comme ça et j’ai appris à l’aimer. Elle est née avec une cuillère en or dans la bouche, certes, mais elle a quand même des principes et des valeurs, ce qui la rend humaine et attachante.

Mara, elle, est ma préférée. Je l’adore !! Je n’ai pas toujours été d’accord avec certains de ses comportements dans le tome 2, mais cela ne change en rien l’affection que je lui porte. Elle est très différente d’Eliza et Jacqui, et sa façon d’être m’a plu. J’ai d’ailleurs aimé sa relation avec Ryan. Je vais éviter de rentrer dans les détails (déjà que je me m’aperçois que ma chronique commence à être longue ^^). En tout cas c’est elle que je préfère, et, si vous avez lu cet intégrale, j’aimerai savoir laquelle de ces filles vous préférez.

J’en viens maintenant au principal fil conducteur de ce roman : l’amitié indéfectible entre ces trois filles. J’ai apprécié voir les liens se faire et se défaire entre elles. C’est dans ce genre de romans que l’on se rend compte que l’amitié est précieuse, et qu’il faut tout faire pour la préserver. Ce côté-là du roman me fait d’ailleurs penser à Quatre filles et un jean. L’histoire n’est pas la même, mais la notion d’amitié a le même sens.

Les Hamptons : un cadre idyllique

Célébrité, richesse, mode, voici ce que représentent les Hamptons. Et c’est là que Mara, Eliza et Jacqui sont envoyées pour travailler comme jeunes filles au pair. Autant vous dire que j’ai adoré ce cadre de vie. Je ne pensais pas du tout à cet univers quand j’ai commencé ma lecture, j’ai donc été étonnée, dans le bon sens du terme. J’ai tout simplement adoré suivre les filles au pair dans leurs soirées arrosées, dans leur rencontre avec des célébrités, en bref dans leur entrée dans le monde mondain des Hamptons.

J’ai déjà pu découvrir cet univers huppé dans la série Revenge, avec l’actrice Emily VanCamp, et j’avais beaucoup aimé le côté faux-semblants et la richesse des habitants. Dans le livre de Melissa de la Cruz, il y a les célébrités en plus par rapport à Revenge : Eliza, Jacqui et Mara en fréquentent quelques unes, et ce monde de stars est passionnant. Une place non négligeable est également accordé à la mode et au stylisme, et ça m’a aussi plu. Le côté journalistique dans le tome 3 m’a par ailleurs intéressée. Donc, outre les personnages, c’est ce lieu idyllique qui m’a fait passer un moment inoubliable avec ce livre.

Une plume pour le moins appréciable

Le style d’écriture de l’auteure (ou du moins de la traductrice Florence Schneider) m’a beaucoup plu. Elle a une plume assez particulière, et j’ai adoré son mordant et son ironie. Celle-ci m’a fait penser à la plume de Gossip Girl, et puis c’est assez léger et rigolo à certains moments. Je ne peux pas trop vous donner d’exemples sans vous révéler une partie de l’histoire, mais sachez que ce roman est plein de sarcasme, et pas toujours mortellement sérieux. C’est aussi ça que j’ai apprécié.

Voilà pour cette chronique. Je ne pensais pas qu’elle serait si longue, je me suis laissée emporter par mes pensées 😓 J’ai encore pleins de choses à vous dire, mais je vais m’arrêter là ! Donc, comme vous l’aurez compris, Un été pour tout changer est une lecture généralissime. Je vous la conseille à 200%, d’autant plus que ce livre est parfaitement adapté pour l’été 😉

Un gros coup de coeur pour ce livre

Avez-vous lu ce livre ? Vous fait-il envie ?

3 réflexions sur “Un été pour tout changer, l’intégrale de Melissa de la Cruz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s