Ces cinq livres qui ont changé ma vision du monde

Hello,

Aujourd’hui je reviens avec un nouveau top 5, avec cinq livres qui ont changé ma vision du monde. Dit comme ça, le thème parait assez large… Mais c’est voulu. En fait j’ai eu envie de vous partager quelques lectures qui m’ont marquée par les thèmes sociétaux qu’elles soulèvent. On pourrait peut-être parler de lectures coup-de-poing, ou du moins de lectures qui m’ont fait prendre conscience d’un certain nombre de choses. Après tout, la littérature et même la fiction peuvent aussi véhiculer des messages. Je vous laisse donc découvrir ma sélection, qui n’est bien évidemment pas exhaustive :

The Hate U Give d’Angie Thomas

couv23726597

Ce livre est tellement connu qu’il ne se présente plus ^^ Je suis sûre que vous en avez toutes et tous entendu parler. Et l’histoire est bouleversante, personne ne peut dire le contraire. Je savais qu’il existait des violences policières aux Etats-Unis et des conditions de vie parfois difficiles pour les personnes de couleur (il faudrait habiter sur la planète Mars pour ne pas le savoir !), mais ce livre m’a marquée car Starr, l’héroïne, est très attachante et son parcours est assez réaliste. J’ai effectivement adoré la voir évoluer dans ce monde impitoyable. La manière dont elle s’empare de la parole pour réclamer justice est d’ailleurs amazing. C’est un livre que je conseille à tous car un beau message de paix et d’amour est transmis à travers l’histoire. Un film est également sorti, mais je ne l’ai pas vu. Ceci dit j’ai vu quelques extraits sur Youtube et l’adaptation m’a l’air l’air d’être plutôt réussie !

Pour que je sois la dernière de Nadia Murad

couv25519895

Pour que je sois la dernière est le témoignage de Nadia Murad, une yézidie irakienne capturée par Daech. Dans ce livre elle raconte son emprisonnement et tous les sévices qu’elle a subi, ainsi que sa fuite en Allemagne grâce à une famille sunnite. Ce livre a été comme une révélation pour moi. On parle beaucoup de Daech mais au final on n’évoque pas tant que ça ces femmes capturées et utilisées comme esclaves. Lire ce récit m’a permis de prendre conscience de cette horrible réalité ; j’ai été bouleversée (voire même choquée) du traitement réservé par l’EI à Nadia et à toutes les femmes. Et c’est également lors de cette lecture que j’ai vraiment compris que la religion était un facteur déterminant au Moyen et Proche-Orient, et qu’on pouvait être tué pour ses croyances. J’ai également pris conscience de ce que c’était de vivre dans un lieu de guerre, avec des habitants qui parfois se résignent et se trahissent mutuellement pour survivre. Nadia Murad a donc utilisé sa plume comme une épée, et elle a selon moi réussi à donner plus de visibilité à toutes ces femmes réduites en esclavage et, plus largement, à son pays. Elle n’est sans doute pas « la dernière fille au monde à avoir à raconter une histoire pareille » comme elle espérait l’être, mais au moins son témoignage a été entendu dans le monde entier.  Je n’ai pas parlé de ce livre sur mon blog (la majorité des livres que je cite dans cet article n’ont d’ailleurs pas été chroniqués) car c’est difficile de mettre des mots sur ce genre d’ouvrages. Mais je viens en parler ici car j’estime que ce livre a quelque chose à transmettre à ses lecteurs. Sinon il y a également un roman, fictionnel cette fois-ci, qui est aussi relatif à ces problématiques liées à Daech : il s’agit de Ma meilleure amie s’est fait embrigader de Dounia Bouzar.

Ma meilleure amie s’est fait embrigader de Dounia Bouzar

ma-meilleure-amie-s-est-fait-embrigader-774700-264-432

 L’auteure de ce roman s’attache à décrire le processus de radicalisation d’une adolescente, et le point de vue est celui de la meilleure amie de cette ado. Ce livre est tout aussi marquant que Pour que je sois la dernière (car on voit toutes les étapes de radicalisation une par une et on compatit avec la meilleure amie qui ne comprend pas tout de suite ce qu’il se passe), mais le fait que ce soit une fiction rend le récit un peu moins brut et plus accessible aux âmes sensibles. C’est un documentaire romancé, en quelque sorte.

Sorcières. la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet

couv64550666

Sorcières est le premier essai que j’ai lu, et il m’a profondément marquée par les thèmes qu’il soulève. Mona Chollet revient sur l’imaginaire de la sorcière et de la femme à notre époque, et j’y ai appris beaucoup de choses. Elle évoque notamment la sorcellerie, la vieillesse de la femme, la maternité, etc. et dénonce plus généralement les idées reçues sur la femme. Grâce à cet ouvrage je porte un regard nouveau sur les problématiques féministes et, même si Mona Chollet va parfois loin dans ses idées, je pense que ce livre est à mettre en toutes les mains. C’est un essai facile à lire (tout est extrêmement bien structuré, il est très difficile de s’y perdre) et tous les arguments permettent de développer son esprit critique et de penser le féminisme différemment. Je pense que chaque personne peut être intéressée par au moins un des nombreux thèmes abordés dans cet ouvrage. Personnellement, ce sont la partie sur la sorcière et celle consacrée à la maternité qui m’ont notamment fait réfléchir. Je n’étais pas tout le temps d’accord avec ce que Mona Chollet disait (elle est un peu radicale parfois je trouve) mais ce qu’elle a écrit dans son ouvrage m’a quand même ouvert l’esprit.

1984 de Georges Orwell

couv12746224

Ce livre, tout comme The Hate U Give, est mondialement connu, et je pense que je n’ai pas besoin de vous expliquer de quoi il retourne ! Ce roman m’a parlé car le futur dépeint est très pessimiste. Ce qui m’a marquée, ce n’est pas la dictature de Big Brother en tant que telle, mais c’est surtout le fait que les tentatives de résistance se soldent à chaque fois par un échec (si vous comptez lire ce livre, je vous conseille d’arrêter votre lecture ici, car la suite comprend des spoilers). Je m’attendais à ce que Winston et plus largement l’ensemble des opposants triomphent de cette dictature, or c’est tout le contraire qui s’est passé à la fin. Le régime totalitaire s’est affermi, et j’ai été surprise, je m’attendais plus à une fin dite « classique », où la résistance gagne (comme dans le tome 2 de La servante écarlate). Et ce qui m’a fait réagir, c’est justement le fait qu’il est impossible de revenir à la liberté et à la démocratie dans le roman, tout simplement parce qu’il est trop tard…

Voilà pour ma petite sélection (non exhaustive) de ces romans qui m’ont apporté quelque chose dans mon rapport au monde. Et vous, quels seraient les livres qui vous ont fait réfléchir sur le monde ?

12 réflexions sur “Ces cinq livres qui ont changé ma vision du monde

  1. « 1984 » est un roman tellement poignant, je l’ai lu et étudié en Première en cours de Français et il m’avait marqué. La scène du lavage de cerveau m’est particulièrement restée en tête.
    Pour ce qui est de « Sorcières » je vois énormément de monde le lire sur Livraddict et Instagram. Je ne m’attendais pas à autant, je ne l’ai pas encore lu car je ne sais pas pourquoi mais il ne me tente pas trop ^^

    Aimé par 1 personne

    • 1984 doit être super intéressant à lire dans le cadre de l’école, car on te donne des éléments de contextualisation qui permettent de mieux cerner l’œuvre etc. J’aurais aussi bien aimé l’étudier en cours ce livre-là 😉 Ceci dit en classe de troisième on avait du lire La ferme des animaux de ce même auteur et je n’avais pas du tout accroché…
      Pour Sorcières, peut-être que tu n’as pas envie de le lire parce que justement tu le vois trop passer sur les réseaux sociaux. Des fois, juste le fait de voir un livre partout ne donne pas envie de le découvrir ^^

      Aimé par 1 personne

      • La ferme des animaux je l’ai lu 2 ou 3 fois je ne sais plus, je l’avais étudié au collège t au lycée en cours de français et d’anglais ^^
        J’ai peur que ça soit un livre trop engagé et pas assez nuancé pour moi, mais oui le voir partout ça ne me donne pas du tout envie 😂

        Aimé par 1 personne

      • Ah oui d’accord, tu l’as beaucoup étudié ! Tu devais être bien calée sur le sujet ^^
        Effectivement le livre n’est pas trop nuancé, il n’y a pas de juste milieu avec Mona Chollet ! Donc je peux comprendre que l’essai t’intéresse moins de ce point de vue-là.

        Aimé par 1 personne

      • Et bien si tu mets 6 choix sur un dé dont tu ne choisis pas forcément les possibilités cela peut te changer ta façon de vivre. Le personnage va quitter sa femme, son boulot, son logement car le hasard du dé lui a dit. Cela dépend des enjeux que tu mets derrière un jet de dé si c’est ce que tu vas manger ce soir ou si c’est si tu vas au travail 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Si tu lances le dé pour savoir ce que tu vas manger ce soir, ça ne risque pas de changer la face du monde, ça c’est sûr (tiens, ça vient de me donner une idée, vu que je ne sais jamais trop quoi cuisiner dorénavant je lancerai le dé pour le savoir 😉 ). Mais si tu joues ton avenir sur un lancé de dé (par exemple quelles études faire, ce qui va déterminer ton métier et donc ton mode de vie) l’impact sera déjà beaucoup plus grand

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s