Journal d’une princesse, tome 10 : Pour la vie de Meg Cabot

Résumé :

Une fois de plus, voilà Mia dans la tourmente ! Par sa faute, son père doit batailler ferme pour être élu Premier ministre de Genovia, personne ne veut publier le roman qu’elle a écrit en secret, et elle n’a plus que quelques jours pour choisir son université. En plus, sa relation avec J.P. n’est pas si parfaite, finalement ! Pour couronner le tout, Michael est de retour du Japon… Qui a dit que la vie des princesses était facile ?

Ce que j’en pense :

J’ai lu cet avant-dernier tome en compagnie de Laure du blog La Cueillette d’une roussette. Comme vous le savez peut-être déjà, nous relisons ensemble cette série de Meg Cabot qui avait bercé notre adolescence. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas replongées dans l’univers de Mia (notre lecture du tome 9 remonte à mars dernier, si l’on excepte le tome hors-série que nous avons lu en juillet), alors nous étions plus que ravies d’entamer cette nouvelle lecture commune. Et ce dixième tome est largement à la hauteur des précédents. Vous pouvez cliquer juste ici pour lire la chronique de Laure. Personnellement je ne me souvenais plus du tout de l’intrigue, cela a donc été une totale redécouverte. Et j’ai adoré !

Une lecture toujours aussi fluide

La plume fluide de Meg Cabot est la première chose qui m’a sautée aux yeux quand j’ai débuté ma lecture. A chaque nouveau roman, je suis étonnée par la facilité avec laquelle je dévore les pages. Et ce tome ne fait pas exception à la règle : il est très agréable à lire. C’est aéré et j’ai adoré la manière dont l’auteure a commencé le récit : elle a inséré un extrait d’interview de Mia pour AdoMagazine. C’était une très belle entrée en matière. J’ai tout de suite retrouvé le caractère piquant de Mia, qui répond aux questions comme elle le souhaite, et avec une touche d’humour en prime. Je suis donc entrée dans l’histoire sans aucune difficulté, et j’ai directement su que cette lecture allait être divertissante.

Revenons justement sur l’histoire. On retrouve Mia deux ans après la fin du tome 9 : elle est maintenant en dernière année de lycée et s’apprête à entrer à l’université. Mais ce n’est pas parce qu’elle est bientôt diplômée que les problèmes s’arrêtent : au contraire, ils s’accumulent. Elle a instauré la monarchie constitutionnelle à Genovia et son père doit maintenant remporter des élections pour diriger son pays. A côté de cela, Mia ne fait que mentir à ses amis, que ce soit à propos de l’université dans laquelle elle va aller, ou du roman d’amour qu’elle a écrit. Côté amoureux, les choses se gâtent aussi : Michael est de retour. Je trouve donc que Meg Cabot a su bien se renouveler par rapport aux tomes précédents, car les intrigues n’étaient pas du tout redondantes. J’ai beaucoup aimé, surtout qu’on voit bien que Mia a grandi et essaie de prendre les choses avec philosophie.

J’ai envie de vous parler de l’intrigue amoureuse, mais je ne peux pas trop vous en dire non plus. Sachez que j’ai adoré la tournure prise par les événements. J’ai trouvé que Meg Cabot a bien réussi à opposer JP à Michael et chaque lecteur peut se faire son propre avis sur les deux garçons. Personnellement, Michael m’a plu, c’était très plaisant de le voir à nouveau de retour dans la vie de Mia. Quant à JP, je ne me souvenais plus du tout de son personnage alors j’ai été un peu surprise par certains de ses comportements/réflexions à l’égard de Mia. Celle-ci, par contre, est toujours aussi attachante.

Mia, un personnage qui gagne en maturité

Comme expliqué juste au-dessus, on fait un bond dans le temps de deux ans, et j’ai adoré voir comment Mia a changé entre le début et la fin du lycée (qui correspondent au début et à la fin de la saga). Par exemple, si vous avez lu le début de la série, vous vous souvenez sans doute qu’elle sacralisait le bal de fin d’études et le voyait comme un accomplissement personnel. Or, dans ce dixième roman, elle a grandi et ne souhaite plus aller au bal : elle n’est plus « une gamine » pour reprendre ses propres termes. Ce changement est à mon sens assez significatif de la maturité acquise… Je n’ai rien contre les bals de fin d’année, mais le fait qu’elle change d’avis sur ce sujet montre qu’elle ne voit plus les choses de la même façon.

Ce qui m’a aussi marquée, ce sont ses amies. En commençant ma lecture, je n’avais plus le tome précédent en tête ; j’avais complètement oublié qu’elle était en froid avec Lilly et s’était faite de nouvelles amies. Je n’en dis pas plus pour ne pas divulgâcher la lecture de ceux qui n’en sont pas encore arrivés là, mais j’ai été très surprise. Le tri qu’elle a fait dans ses copains/copines montre aussi qu’elle a grandi et n’a plus besoin de Lilly pour s’affirmer.

Mais certains traits de caractère ne changent pas, malgré le temps qui passe : Mia a toujours aussi peu confiance en elle ! Elle souffre du syndrome de l’imposteur. Elle estime par exemple que si elle est acceptée dans une université, ce n’est pas parce qu’elle est intelligente, mais seulement parce qu’elle est princesse. Et ce leitmotiv revient plusieurs fois au cours de la lecture, ce qui m’a interpellée. En réalité Mia a certes mûri mais je pense qu’elle se cherche encore et veut se construire une identité propre. A cet égard, j’ai apprécié la suivre dans son aventure d’écrivain : comme le précise le résumé, elle a écrit un livre et cherche à le faire publier (le livre qu’elle a écrit correspond au tome 9.5 de la saga). J’ai trouvé que ce roman d’amour symbolisait très bien sa quête d’identité, de reconnaissance.

Bref, comme vous l’aurez compris, j’ai adoré ce dixième tome. Le dénouement était particulièrement réussi : Mia retrouve l’amour de sa vie et règle ses différends avec certains personnages. J’ai totalement accroché ! Et la toute fin, dans laquelle elle explique qu’elle ne regrette pour rien au monde d’être princesse, m’a plu. J’en profite d’ailleurs pour vous préciser (ou vous rappeler, si vous le saviez déjà ^^) que la saga était censée se finir ici, après le tome 10. Mais Meg Cabot a décidé il y a cinq ans d’écrire un onzième tome. Laure et moi ne l’avons jamais lu, alors nous avons hâte de le découvrir 😉

Et vous, avez-vous lu cette saga ? La connaissiez-vous avant que Laure et moi en parlions sur le blog ?

Chronique du tome précédent : Cœur brisé
Publicité

11 réflexions sur “Journal d’une princesse, tome 10 : Pour la vie de Meg Cabot

  1. […] Pour rappel, avec Mathilde du blog Critiques d’une lectrice assidue nous avons décidé il y a un an et demi de relire l’entièreté de la saga écrite par Meg Cabot Journal d’une princesse. Vous pouvez retrouver mes chroniques des tomes précédents ici. Nous avons donc lu ensemble le tome 10 Pour la vie ce mois-ci. En allant sur son blog vous pourrez y lire son avis juste là. […]

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime toujours lire ton avis sur nos lectures communes car même si nous avons lu le même livre et que nous en discutions, nous ne mentionnons pas les mêmes détails dans nos chroniques. J’adore tu as employé un nouveau mot « divulgâcher », je le trouve mignon 😉
    Sinon pour ton avis, je te rejoins totalement. Moi aussi j’ai envie de lire la suite et de voir ce qui va lui arriver dans sa vie 😉

    Aimé par 1 personne

    • C’est ça qui est génial, on a lu le même livre et pourtant on rend compte de l’histoire de manière totalement différente ^^ Tant dans les anecdotes que l’on choisit de mettre en avant que dans l’écriture.
      Sinon j’ai aussi un petit faible pour le verbe « divulgâcher » 😉 Ce n’est pas un anglicisme et pour une fois ça change de « spoiler » !
      Et on se tiendra au courant pour la suite de la lecture !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s